Login Mot de passe ! Alerte Boss !
Précédents éditoriaux  
 
Défi MaiPoils, le mois du poil
Initiative québécoise soutenue par la jolie rousse Paméla Dumont qui semble avoir récemment entamé une (...)
Les 10 raisons de préférer
ses poils pubiens

Voici 10 raisons rigolotes (et sérieuses à la fois !) pour garder vos poils pubiens ! Nous insisterions (...)
Le féminisme, une idéologie dépassée
Les combats des femmes d’aujourd’hui ne peuvent être ceux des féministes d’hier : les Antigones entendent (...)
La machisme ne tue pas... le ridicule
On ne rigole pas ! Une militante féministe s'enchaîne nue contre "le machisme qui tue" ! Si le machisme (...)
La Vie d'Adèle ou le navet sans poils
On devinait ce film, encensé par la critique (un signe qui ne trompe pas), comme le bras armé de l'idéologie (...)
Lady Gaga lit Téléchatte !
Edito express pour signaler à nos chers lecteurs (et lectrices bien sûr) que Lady Gaga lit Téléchatte (...)
Lady Gaga, l'anti-Téléchatte !
Il y a chez Lady Gaga comme un condensé de tout ce qui nous répugne ici à Téléchatte, et c'est en soi (...)
Les Antigones, les anti-Femen ?
Depuis notre éditorial précédent Les FEMEN ou le féminisme idiot, où nous avions démontré que (...)
Les FEMEN ou le féminisme idiot
Nous avions déjà prévenu plusieurs fois nos chers lecteurs de l'arnaque FEMEN, féministes autant que (...)
Bientôt Noël, offrez des poils !
Noël approche, l'hiver avec ! Offrez des poils à votre mari ou votre copain ! Quel cadeau que de découvrir (...)
Wikipédia, reflet d'une société et à la fois son complice !
Wikipédia, en tant qu'encyclopédie de référence consultée par toutes et tous, bien souvent premier résultat (...)
Disparition d'une chatte mythique
Sylvia Kristel, célèbre actrice du non moins célèbre film Emmanuelle, nous a quitté. Il y a donc (...)
La page Téléchatte censurée par FaceBook !
Notre page, pourtant éloignée de toute pornographie, a été fermée par FaceBook ! Pourtant nous n'y mettions (...)
Un médecin américain met en garde contre l'épilation !
Une fois n'est pas coutume, nous cédons la plume au Dr Emily Gibson dont nous traduisons in extenso l'article (...)
Isabelle Ferron chante Le Poil
Je voudrais vous parler de lui,
Vous parler d'un être meurtri,
Dont on se moque dont on rit,
C'est (...)
Chronique du Dr. Solano
Très intéressante chronique du Dr Catherine Solano, sexologue, sur Radio France International. Dans cette (...)
L'Euro est mort !
L'Euro est mort : on nous l'annonce de partout, c'est un secret de polichinelle, même d'éminents (...)
2012, la fin du Monde ?
Nous ne voulions pas céder au catastrophisme ambiant : chomage de masse, délinquance, perte des repères (...)
Telechatte soutient Miss Nationale !
Face à la miss Endemol, héraut de la société du spectacle et de l'argent, la populaire Geneviève (...)
Le poil ou le féminisme bien pensé
Comme disait Noam Chomsky, les dictatures ont besoin de la force pour imposer, les démocraties (surtout (...)
Les catégories de l'entendement
Il est des chattes comme de la Raison -d'ailleurs n'est-ce pas raisonnable de laisser la Nature faire (...)
Editorial de bienvenue
Bienvenue sur le tout nouveau site consacré aux chattes naturelles, cet espace sacré que le Malin veut (...)
Le féminisme, une idéologie dépassée
 

Les combats des femmes d’aujourd’hui ne peuvent être ceux des féministes d’hier : les Antigones entendent sortir de l’impasse idéologique du féminisme conventionnel, système mensonger qui détourne les femmes des enjeux réels de notre société. Notre féminité retrouvée et assumée sera notre arme pour construire le monde de demain !

Source : Le site des Antigones

Dans le combat culturel de notre siècle, sortir de l’impasse féministe est une nécessité et une urgence. Le féminisme conventionnel, dont les mots d’ordre n’ont pas changé depuis les années 1950, est une idéologie dépassée incapable de faire face aux enjeux réels de notre temps. Le féminisme d’autrefois était une force de révolte et de contestation contre des normes aberrantes : nous saluons toutes celles qui ont lutté pour rendre leur dignité sociale aux femmes, en les sortant de l’impasse du XIXe siècle bourgeois. Nous sommes les héritières de leurs luttes. Mais notre époque est celle d’une rébellion bien conventionnelle : les institutions féministes sont devenues des tentacules étatiques prônant la liberté du producteur-consommateur. Le féminisme a vécu : il est temps de le dépasser. Pour commencer, abandonnons les combats illusoires.

Refuser les combats illusoires
Les féministes conventionnelles combattent encore et toujours un patriarcat imaginaire, bataillant contre quelques arbres qui cachent la forêt, orientant la société vers des débats contre-productifs, sinon dangereux. Le débat est-il vraiment celui de la parité dans les conseils d’administration ? Ne serait-ce pas plutôt celui d’une redéfinition de notre système économique basé sur l’exploitation illimitée de nos ressources naturelles et humaines ? Le débat est-il vraiment celui de la taxe tampon ? Ne serait-ce pas plutôt le moment de nous affranchir de la culture du jetable ? Les tampons sont toxiques et à usage unique, une coupe menstruelle se garde dix ans.
Parlons pilule : le débat est-il vraiment celui de la libre disposition de son corps ? Ne serait-ce pas plutôt celui de se libérer de cette castration chimique supportée par les femmes, de ces hormones de synthèses que l’on achète tous les mois, qui bloquent l’ovulation sous couvert de confort ? Ne serait-ce pas plutôt de se reconnecter à son corps, d’apprendre à reconnaître son cycle et à maîtriser soi-même sa fécondité ?
Le débat est-il vraiment celui du partage du temps dans le congé parental ? Ne serait-ce pas plutôt celui de la redéfinition de la place de la famille dans la société, du rôle primordial de la mère les premiers mois du nourrisson ? Le combat est-il vraiment celui du Madame ou du Mademoiselle quand des femmes sont agressées dans les rues de Cologne ? Le combat est-il vraiment celui de l’ « égalité réelle » quand 80% des travailleurs du dimanche dans les zones touristiques sont des femmes à temps partiel ? Le combat est-il vraiment de sortir madame Sauvage de prison quand les coupables de violences sont relâchés après deux mois d’incarcération ?

Nous pourrions écrire un livre sur ces faux sujets sur lesquels s’escriment les féministes actuelles, jouant ainsi parfaitement le jeu du capitalisme libéral-libertaire ! Ce féminisme déconnecté du réel n’a aucune réponse à apporter aux Françaises.

Retrouver notre féminité
Les mouvements idéologiques des dernières décennies n’ont eu de cesse de déconstruire les rapports hommes/femmes pour mieux atomiser la société, en faisant de la femme un homme comme les autres ou en défendant l’idée de la guerre des sexes. Nous dressons de leurs actions un bilan dévastateur. Ces raisonnements stériles ont gravement impacté les rapports entre les sexes, que les féministes considèrent soit comme une interminable lutte entre oppresseur et opprimé, soit comme une rivalité jalouse. Nous sommes les deux moitiés du même ensemble, aussi indispensables l’un à l’autre que le jour et la nuit ! L’homme et la femme ne s’additionnent pas, ils forment un tout cohérent qui tend vers l’harmonie, ils sont interdépendants et essentiels à la fécondité de l’humanité, dans tous les sens de ce terme. Le nier relève de postures politiques et idéologiques qui minent nos vies quotidiennes et hypothèquent l’avenir.

Nous pensons que la culture s’ancre dans la nature, que les différences sexuelles existent biologiquement et, en s’exprimant, structurent symboliquement la société. Il n’y a pas rupture, mais continuité et interpénétration entre la nature et ses mises en scène culturelles. Vivre pleinement son sexe biologique constitue le meilleur moyen d’en renouveler la construction sociale et d’obtenir des changements en accord avec ce que nous sommes. Tandis qu’affirmer, sans nuance, que le genre n’est qu’une construction culturelle source d’injustices, qu’il convient de supprimer les normes et les repères constitue une erreur fondamentale et destructrice !

Cette complémentarité des sexes ne doit pas être vécue de manière fixe, avec une liste de tâches « féminines » ou « masculines ». Pour autant, calquer nos comportements sur ceux des hommes est vain. La différence n’est pas synonyme de domination ou de hiérarchie ; un peu d’altérité ne ferait pas de mal dans ce monde de Narcisse !

Construire la société de demain
Nous ne sommes pas les victimes des hommes ou du patriarcat international. Notre combat est ailleurs : nous voulons nous libérer d’une société déshumanisée, qui n’est plus qu’une machine économique sans âme, sans passé ni avenir. Avec la complicité des féministes, les femmes sont les premières consommées et les premières consommatrices de notre « société kleenex ». Nous avons une place essentielle dans cette lutte.

Les Antigones prônent l’autonomie des femmes et leur enracinement dans leurs familles, dans la vie locale, dans la société. Construire l’avenir est notre combat essentiel : nous ne reposons pas seulement sur nous-mêmes, et avons des comptes à rendre à nos héritiers. Alors que le féminisme beauvoirien ose affirmer que la maternité est un fardeau, une discrimination, nous considérons que donner la vie, permettre à demain d’exister, est un bel et bien un privilège. Et nous entendons en user comme tel. Afin de créer le lien entre le passé et l’avenir, de transmettre la mémoire et le sens des choses, la chair et le sang d’une civilisation. Or la maternité est aujourd’hui mise en danger par sa technicisation : GPA, congélation d’ovocyte, demain utérus artificiel, etc. Si la maternité est un moment par nature féminin, il n’est pas la propriété des individus, mais la condition d’existence de l’humanité. Permettre aux femmes de vivre une maternité libre et sereine devrait donc être une préoccupation féministe de premier ordre, au lieu de l’envisager comme une servitude ou un frein à la carrière !

Cela dit, les femmes ne vivent évidemment pas leur fécondité uniquement à travers la maternité, d’autres voies, toutes aussi importantes, demandent encore et toujours à être explorées. Transmettre peut se faire de mille façons et notre féminité, notre nature féconde et créatrice, est une arme dans ce combat. Cela commence par les actes : changeons nos habitudes de vie qui servent le capitalisme de séduction. Obstinément, jour après jour, grain de sable après grain de sable.

Le combat des femmes, c’est ici et maintenant. Dans la rue, les journaux et les livres pour faire entendre nos voix. Au foyer, centre d’où l’on rayonne. Dans les bois, les champs et nos jardins pour nous réapproprier la nature. Loin des systèmes idéologiques, ancrées dans la réalité de nos vies.
 
 
 
Vos commentaires
(du plus récent au plus ancien)
 
 
Anonyme

Tout est dit ! Bravo les filles :)
 
---::---
Merci de respecter la bonne tenue du site. Aucun propos vulgaire, injurieux ou à caractère pornographique ne seront tolérés.
Nos éditos , tu les respectes ou tu les oublies.
 
De : Anonyme
 
Protégez votre pseudo, et devenez célèbre : inscrivez-vous !
 
Diffusez votre chatte
et devenez célèbre !
 

Vous aussi vous pouvez devenir célèbre et diffuser votre chatte :-) !

Transmettez-nous vos photos, et nous les mettrons en ligne avec vos commentaires personnels, en tout anonymat !

Rendez-vous dans l'espace :

Je partage ma Chatte
 
 
--:--

 

 Chattes Galerie -  Chattes Célèbres -  Chattes Rétros / Vintage -  Chattes Naturistes / Nudistes - Chattes dans l'Art - Chattes de Résistantes
Téléchatteuses - Editos -  Revue de presse - Fiches pédagogiques - Sondages -  Visuels -  TV-Chatte -  Vidéos adultes

Contacts - Mentions légales - Sitemap
© 2011 - Telechatte® A Pussy Way of Life®